coaching cognitif et comportementalLe coaching cognitif et comportemental est une approche consistant à mettre en mouvement les personnes tout en levant les freins à l’action.

Les deux temps du coaching cognitivo-comportemental

Ce type de coaching s’effectue en deux temps :

Dans un premier temps, il faut engager un travail sur la partie comportementale. Le coaché et son coach co-construisent un « parcours » permettant d’atteindre l’objectif final visé par l’accompagnement. Ensemble, ils vont définir des objectifs généraux qu’ils vont ensuite décliner en objectifs spécifiques. Pour que les choses soit plus parlantes, nous allons utiliser la métaphore suivante :

    • L’objectifs final est un peut comme le toit d’un immeuble qu’il faudrait atteindre.
    • Les objectifs généraux constituent les différents étages permettant d’accéder au toit.
    • Les objectifs spécifiques sont les marches permettant d’atteindre les étages.

Ce travail de structuration des objectifs est capital car il étaie l’ensemble du coaching. Les objectifs correspondent aux différentes actions que le coaché devra effectuer et qui le feront sortir de sa zone de confort.

Parfois, il arrive que ce simple travail de mise en lumière des actions à mener pour atteindre un but débloque des situations qui pouvaient apparaitre inextricables.

Une fois les objectifs structurées et l’accompagnement lancé, le coaché n’a plus qu’à mettre en place les actions qui ont été identifiées préalablement.

La partie cognitive démarre lorsque le coaché bloque et n’arrive pas à mettre en œuvre le plan d’action qui a été créé : c’est le deuxième temps du coaching.

Le travail du coach consiste alors à identifier les « représentations erronées » de la personne qu’il accompagne pour les transformer en « représentation aidantes » (dans le sens où elles généreront des comportements plus adaptés).

En effet, selon les théories actuelles, il existe deux niveaux de réalité. Le premier niveau de la réalité correspond aux faits bruts, ce qu’une caméra pourrait enregistrer. Le second niveau correspond à la couche interprétative que les hommes viennent greffer sur les faits.

Ainsi, c’est le regard que nous portons sur nous-même, sur les autres et sur les situations qui génère nos comportements. Le coach s’applique donc à percevoir la partie interprétative (les croyances) qui maintient son coaché dans des comportements inadaptés et l’empêchent d’atteindre son but. En utilisant des techniques de recadrage, il conduit la personne à adopter une nouvelle façon de voir le monde qui générera à son tour de nouveaux comportements probablement plus en phase avec l’atteinte des objectifs. Il y a généralement 3 ou 4 recadrages majeurs pendant un coaching.

Un coaching cognitif et comportemental complet dure généralement une quinzaine d’heures. Le découpage des séances peut être variable mais des rendez-vous d’1H30 permettent de travailler en profondeur sans être trop éprouvants pour le coaché.

L’articulation du coaching avec l’entreprise

Très souvent, le coaching est financé par une entreprise. Il est généralement destiné aux dirigeants, aux managers ou aux cadres.

Les Ressources Humaines, présélectionnent différents coachs que le coaché va rencontrer afin de retenir celui avec qui il a le « meilleur feeling ». En effet, une véritable relation de confiance et une excellente qualité de communication doit s’instaurer pour bénéficier de toute la puissance de l’accompagnement.

Les Ressources Humaines et le N+1 (quand il y en a un) sont généralement associés à la définition de l’objectif de la prestation. C’est lors d’un entretien tripartite ou quadripartite que les besoins sont fixés.  C’est à l’intérieur de ce cadre que le coach et le coaché établiront leur plan d’action (partie comportementale). Cet entretien permet également d’obtenir le soutien des RH et du N+1 pendant la durée de l’accompagnement.

De même, à l’issue du coaching, un RDV de clôture est organisé en pour prendre la mesure du travail effectué et des progrès réalisés.

Des perspectives sur le long terme

Le coaching est une démarche dite « psycho-éducative ». Cela signifie qu’après avoir été accompagné par un professionnel pendant plusieurs semaines, le coaché développe des automatismes (travail sur les croyances, opérationnalisation des problèmes et passage à l’action, …) et il sera plus à même de surmonter les difficultés rencontrées.